Mairie de Evry-Grégy-sur-Yerres       Canton de Brie-Comte-Robert

ACCUEIL | PLAN DU SITE | ADMIN Nous sommes aujourd'hui le 25/07/2017
Patrimoine
Le Château de Grégy sur yerre

Publié le : mardi 15 mars 2005

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Le lavoir de Grégy sur yerre
l’église de Grégy sur yerre
Le Lavoir d’Evry-les-Chateaux
Le Château d’Evry-les-Châteaux
Le Pont de Pierre
l’église d’Evry les châteaux
La Maison des Associations
Le Pont des Romains
Le Prieuré de Vernelle
Le Lavoir de Mardilly


Le château de Grégy sur Yerre

(JPEG)

Grégy, alias Gragy, Gratiacum, Graiacum, autrefois paroisse du doyenné du Vieux-Corbeil. On a fait venir le nom de Grégy de celui d’un romain nommé Gratus, d’où l’on prétend que l’on a fait Grajacum, puis Graji ; mais on ne doit point donner à ces étymologies forcées plus d’importance qu’elles n’en méritent.Il est mention de Grégy dans le pouillé du diocèse de Paris du XIIIe siècle, et une lettre de Thibault, évêque de Paris, de l’an 1150, confirme au prieuré de Saint-Martin la dîme de ce lieu.

Du temps de Philippe-de-Valois vivait un Jean, seigneur de Grégy.

Le village de Grégy est situé à l’extrémité occidentale d’une plaine, sur une sorte de promontoire formé par la rivière d’Yerres et par le petit ruisseau de Cornillot qui vient de Brie-Comte-Robert se jeter dans l’Yerres à cet endroit, à côté de la route royale de Paris à Genève par melun, à trois lieues nord de cette dernière ville, à une petite lieue sud de Brie-Comte-Robert. Sa population est de cent trente habitants ; son territoire est en terres labourables, en prairies et en vignes. Grégy est sur une petite éminence, dont le bas est arrosé d’un côté par la rivière d’Yerres, dans les saisons où elle coulait dessus terre comme par dessous, et l’autre côté par le ruisseau de Cornillot, qui vient de Brie-Comte-Robert, et qui dans cet endroit se décharge dans le lit de la rivière d’Yerres ; c’est ce qui fait qu’il y a deux ponts au-dessous de ce village. Il y a beaucoup de vignes sur cette paroisse, à la faveur des coteaux différents. La pierre à bâtir n’y est pas rare. Saint-Pierre était le patron de l’église de ce lieu, laquelle pouvait avoir trois à quatre cents ans de bâtisse, et n’avait rien de remarquable que quelques inscriptions. Le portail était supporté vers le midi par une tour carrée qui subsiste encore. La plus ancienne tombe placée à l’entrée du chœur était gravée en lettres gothiques capitales ; elle venait sans doute de l’ancienne église, car, à la manière dont elle était taillée, étant plus étroite aux pieds que vers la tête, elle devait être de la fin du XIIIe siècle, ou du commencement du suivant

ACCUEIL | PLAN DU SITE | ADMIN

Création site Internet spip

Affichage optimisé en 800X600 pour Internet Explorer 5 ou Netscape 4.7